Français | English
Les anciens membres associés

BURNETT, Charles John 

Né à Sandhaven (Aberdeenshire) le 6 novembre 1940 : fils de Charles A. Burnett, peintre, et d’Agnes Watt : époux d’Aileen McIntyre : dont postérité.

Membre fondateur et secrétaire de “The Heraldry Society of Scotland”, il en devint le président en 1984 : chef de la section Design du Musée national d’antiquités d’Ecosse à Edimbourg, peintre armoriste de l’Ordre de Saint-Jean en Ecosse. Il fut également nommé Dingwall Pursuivant auprès de la Lyon’s Court en 1988. Admis comme membre associé par l’assemblée de Madrid en septembre 1982, il fut considéré comme démissionnaire par l’assemblée générale de La Petite-Pierre du 13 octobre 1989 en application de l’art. 6 § 2 des statuts.


DUBUISSON, Pierre

Né à Pipaix (Tournai, Belgique), le 21 août 1924 : fils d’Alfred Dubuisson et de Madeleine Delbar : époux de 1) Jeanine Clauwaert, 2) Lucette Wynen : sans postérité.

Docteur en droit, il fut un des collaborateurs du conseiller Lucien FOUREZ au barreau de Tournai, avec qui il publia quelques études historiques et l’analyse de l’Armorial de Huldenberg. Il avait été admis comme associé libre en mai 1956. Trop absorbé par ses activités professionnelles pour poursuivre des recherches dans le domaine étudié par l’A.I.H., il démissionna en mars 1966.


GOETCHIUS, Eugene Van Ness

Né à Augusta (Georgie) le 26 mars 1921 : fils d’Eugene N.Goetchius et d’Agnes Stelling : époux d’AnnKirkpatrick : dont postérité.

Issu d’une famille d’origine zurichoise (Göttschi), il a fait des études à l’Université de Virginie, ainsi qu’à Athènes et à Zürich. Ordonné prêtre de l’Eglise épiscopalienne en 1952, il a exercé successivement de nombreuses fonctions d’enseignement théologique et linguistique dans diverses Universités et hautes écoles américaines. En 1961, il fut appelé à la présidence du comité permanent de la New England Historic Genealogical Society. Il fut également membre de la Société héraldique suisse. Admis par l’assemblée générale de Bruxelles en septembre 1969, il n’a guère marqué d’intérêt pour les activités de l’A.I.H., et il a été rayé des listes fin 1978 sur base de l’art. 6 § 2 des statuts.


GRIFFITHS, James, Henry

Né à Brooklyn (New-York), le 16 juillet 1903 : décédé à New-York, le 24 février 1964 : fils de James Griffiths et de Helen O’Neill.

Diplômé de l’Ecole des archives du Vatican, ordonné prêtre en mars 1927, il fut secrétaire du tribunal diocésain de Brooklyn de 1929 à 1935, successivement chancelier du diocèse militaire des Etats-Unis (Armée et Marine), évêque titulaire de Gaza en 1949 (consacré en 1950), évêque auxiliaire du cardinal Spellman, puis évêque auxiliaire du diocèse de New York en 1961 : il était également membre de la Commission de la doctrine de la Foi et des mœurs à Rome. Proposé par M. RYANavec qui il collaborait pour composer les armoiries des évêques américains, il fut admis comme associé libre de l’A.I.H. en décembre 1955.


HUBER, Harald

Né à Karlsruhe (Bade) le 4 février 1915, décédé à Waldshut-Tiengen (Bade-Wurtemberg) le 2 décembre 1995 : fils d’Emil Huber, docteur en médecine vétérinaire, et de Paula Steiner : époux d’Ilse von Trotta gen. Treyden. sans postérité.

Docteur en droit issu de l’Université de Heidelberg, il fut professeur à la faculté juridique et philologique de Vienne, puis référendaire au ministère de la Justice du Bade-Wurtemberg et il prit sa retraite comme directeur de tribunal administratif. Il s’intéressait spécialement à l’héraldique municipale et d’Etat : on lui doit les armoriaux des cercles de Waldshut, de Lörrach, et de l’Ortenau, ainsi que le remarquable Wappen - Ein Spiegel von Geschichte und Politik (1990), panorama historique de l’héraldique des possessions habsbourgeoises au XVIe siècle. Il avait été admis comme membre associé par l’assemblée générale de Spolète en septembre 1987.


KARLOVSKY, Adolf Franz Josef.

 Né à Prague (Bohême), le 17 octobre 1922 : décédé à Birsfelden (Bâle) le 13 décembre 1995 : fils d’Adolf Netrefa ditKarlovsky (officiellement Karlovsky à partir de 1921), metteur en scène et acteur de théâtre, et de Frantiska Stará : époux de Dagmar Kutaz : sans postérité.

Dessinateur héraldiste reconnu dans son pays, il fut en rapport avec l’A.I.H. dès 1967, mais ses activités commerciales et son implication dans de soi-disants ordres de chevalerie retardèrent longtemps son agréation. Finalement admis comme membre associé en juin 1971, il fut rayé des listes de l’A.I.H. par l’assemblée générale de Bruxelles en mai 1985, sur base de l’art. 6 § 3 des statuts.


LAURENT, René François Léon Lucien

Né à Etterbeek (Bruxelles), le 8 septembre 1939 : fils de LucienLaurent et de Marguerite Pauwels : époux de Betty De Vulder, dont postérité.

Licencié en histoire de l’Université de Bruxelles, archiviste-paléographe, chef de section aux Archives générales du Royaume, membre du Comité international de sigillographie. auteur d’une vaste étude sur les sceaux des princes territoriaux belges des orgines aux XIVe siècle et de nombreux articles consacrés à la sigillographie, il avait été admis comme membre associé par l’assemblée de La Petite-Pierre en octobre 1989. Trop absorbé par ses occupations professionnelles, il présenta sa démission en septembre 1997.


MATHIEU, Remi Maurice

Né à Saint-Bonnet-de-Montauroux (Lozère), le 2 décembre 1919 : décédé inopinément au Perreux (Seine) le 29 décembre 1981 : fils de Lucien Mathieu et de Marie Nicolas : époux de ..., postérité ?

Archiviste paléographe issu de l’Ecole des chartes, conservateur en chef aux Archives nationales, il s’intéressait surtout à l’héraldique médiévale et fut l’auteur de l’ouvrage Le système héraldique français, qui fait toujours autorité. Admis comme membre associé en 1964, il remit sa démission pour des raisons d’ordre personnel dès février 1966.


Nobile MISTRUZZI di FRISINGA, Don Carlo, prince de PIETRASTORNINA, comte de BRAZZANO,etc.

Né à Trieste le 13 septembre 1895 : décédé à Rome le 21 avril 1966 : fils du comte Riccardo Mistruzzi di Frisinga et de Beatrice Juriscovich de Hagendorf : époux de Maria Carnelli : dont postérité.

Docteur en droit et en médecine, préfet retraité, il était membre d’un nombre considérable de sociétés héraldiques et nobiliaires italiennes et étrangères. Suivant en cela la tradition italienne, la plupart de ses travaux héraldiques concernaient surtout spécifiquement la noblesse. Il avait été admis à l’A.I.H. comme associé libre à l’assemblée de Bruxelles en 1958.


MÜLLER-WESTPHAL(*), Lothar Ludwig Walter

Né à Düren (Rhénanie) le 6 mars 1941 : fils de Ludwig Müller et de Maria Haase : époux d’Evelyn Busch : sans postérité.

(*) Modification généalogique du nom intervenue en 1969.

Graphiste-designer diplômé de l’Ecole professionnelle d’Aix-la-Chapelle, héraldiste et généalogiste autodidacte, il a publié l’ouvrage Wappen und Genealogien Dürener Familien (7000 entrées sur huit siècles) et différents articles dans des revues spécialisées : à partir de 1965, il a aussi illustré la série du Deutsche Wappenrolle édité par le “Herold” de Berlin. Admis comme membre associé par l’assemblée d’Ottawa en septembre 1985, il démissionna pour convenance personnelle en octobre de l’année suivante.


PAMA,Cornelis

 Né à Rotterdam (Pays-Bas), le 5 novembre 1916, décédé à Capetown (Afrique du Sud) le 23 octobre 1994 : fils de Jan Pama et de Susanna Kool : époux de 1) Frieda Bouwer, 2) Heather Woltman, dont postérité des deux unions.

Membre de l’Académie des Arts et des Sciences d’Afrique du Sud, où il avait émigré en 1955 après un passage dans l’édition à Londres, il fut l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages de vulgarisation héraldique parmi lesquels Lions and Virgins, Heraldic State Symbols in South Africa, 1487-1962 et surtout le Rietstap’s Handboek der Wapenkunde (plusieurs fois réédité). Membre de la Société héraldique d’Afrique du Sud, un des promoteurs de la nouvelle héraldique sud-africaine, il fut à l’origine de la création du Conseil héraldique de la République d’Afrique du Sud, dont il sera un temps le président. Admis comme membre associé par l’assemblée générale réunie à Paris en 1965, il démissionna de toutes ses fonctions officielles et de l’A.I.H. en novembre 1977.


PECQUEUR (née)GRAT, Marguerite Michelle

Née à Paris (France) le 30 juin 1897 : y décédée 25 novembre 1986 : fille de Félix Grat et d’Eugénie Mottay : veuve de Fernand Pecqueur, ingénieur : dont postérité.

Chef des services administratifs et de la section d’héraldique à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (C.N.R.S.), elle s’était spécialisée dans l’étude des blasons des manuscrits du Moyen Age et de la Renaissance. Elle avait publié les répertoires des manuscrits des bibliothèques de l’Arsenal, Mazarine et Sainte-Geneviève peints aux armes de leurs premiers possesseurs. Admise comme membre associée par l’assemblée de Bruxelles en septembre 1969, elle fut considérée comme démissionnaire en 1980 en application de l’art. 6 § 2 des statuts de l’A.I.H.


PRIVÉ, André Gaston Désiré

Né à Poissy (Seine-et-Oise) le 13 juin 1927 : fils d’Henri Privé et d’Hélène Schutzle : époux de Raymonde Tordjmann : dont postérité.

Architecte installé au Maroc, il s’était spécialisé dans l’étude de l’héraldique et de la vexillologie d’Afrique et du Moyen-Orient. Il avait réalisé bon nombre d’armoiries pour les provinces, villes et communes marocaines et envisagea d’établir l’armorial de l’A.I.H. Admis comme membre associé en septembre 1969 par l’assemblée de Bruxelles, il fut, dans une certaine mesure, à l’origine de la création de la commission des avis, mais ne lui apporta aucune collaboration et, trop occupé, il se désintéressa de l’A.I.H. elle-même. L’assemblée de Muttenz le raya des listes en octobre 1978 sur base de l’art. 6 § 2 des statuts.


SANTA-PINTER, Jose Julio (dit George WILL)

Né en Hongrie, le 23 mars 1921 : fils de ... et de .... : époux de Virginia Di Paoli di Palermo : dont postérité.

Docteur en droit, diplômé en droit comparé de l’Université del Neuquen (Argentine), professeur du département des sciences sociales de cette Université, ayant enseigné le droit international et les sciences politiques et sociales dans de multiples établissements supérieurs et universitaires en Argentine et aux Etats-Unis, il s’intéressait à l’héraldique ibéro-américaine et en particulier de Porto-Rico, où il avait fini par s’installer. Admis à l’A.I.H. par l’assemblée de Bruxelles en septembre 1969, il fut considéré comme démissionnaire sur base de l’art. 6 § 2 des statuts à Muttenz en octobre 1978.


SCHLYTER, Hans

Né à Hälsingborg (Suède) le 11 août 1910 : décédé à Sundsvall, le 31 décembre 1980 : fils de Gustav Schlyter, premier syndic de la ville d’Hälsingborg, et de Ragnhild Söderling : époux d’Ilse Rohrschneider-Muhl : dont postérité.

Architecte en chef de la ville de Sundsvall, issu de l’Ecole royale polytechnique, urbaniste, il était un membre éminent de la Societas heraldica scandinavica, spécialisé dans l’étude des sceaux médiévaux et de la transposition des sceaux paroissiaux en armoiries et drapeaux municipaux en Suède septentrionale, ainsi que de l’évolution des armoiries royales suédoises du XVe au XVIIe siècle. Il a publié plusieurs monographies sur les armes des communes des provinces de Medelpad et d’Ångermanland. Il avait été admis comme membre associé par l’assemblée de Berne en 1968.


Marquis de SIETE IGLESIAS, Don Antonio de VARGAS-ZÚÑIGA y MONTERO deESPINOSA,

Né à Almendalejo (Badajoz), le 5 mars 1904 : décédé à Madrid le 25 juin 1983 : fils de Don Jose Vargas y Golfin et de Doña Josefa Montero de Espinosa y de Chaves : époux 1) de Doña Maria del Milagro Sanchiz y de Arróspide, 2) de Doña Josefina-Carlota Pignatelli y Maldonado : dont postérité du premier lit.

Dès 1955 éditeur des collections généalogiques de l’Institut Salazar y Castro de Madrid, vice-président de la Asociación de Hidalgos, président de sa commission des preuves et directeur de son École de généalogie, d’héral-dique et de droit nobiliaire, éminent collaborateur de la revue Hidalguia, vice-président de l’Institut international de généalogie et d’héraldique, il fut un des organisateurs du IIIe congrès international de généalogie et d’héraldique à Madrid en octobre 1955. Admis alors comme associé libre, il n’apporta toutefois aucune collaboration directe à l’A.I.H. et fut rayé des listes par l’assemblée de Paris en novembre 1965.